La santé des poulets – Mon poulet est-il malade ?

La santé des poulets – Mon poulet est-il malade ?

Si vous pensez que votre poulet est malade…

Toujours, toujours, toujours, emmenez-les chez le vétérinaire. Toujours. Un vétérinaire dispose des meilleurs moyens possibles pour aider vos filles et sera en mesure de diagnostiquer tout problème avec une précision bien plus grande que n’importe quelle ressource en ligne.

Symptômes généraux de la maladie

Diagnostiquer les chooks est un énorme défi : ils cachent leurs symptômes et ne pourraient pas vous dire ce qui ne va pas même s’ils le voulaient. De plus, de nombreux symptômes externes ne sont pas spécifiques à une maladie en particulier. Un poulet malade peut présenter l’un des symptômes suivants

Ne pas manger ou boire
Perte de poids
Faiblesse ou léthargie
Cacher
Difficulté à marcher
Peigne pâle ou caroncules
Des yeux ternes
Diarrhée ou excréments anormaux
Ne pas pondre
Perdre des plumes
Des plumes en peluche
Autres comportements anormaux
Si une combinaison des éléments ci-dessus décrit votre poule, elle est peut-être malade et vous devez l’emmener chez le vétérinaire pour un diagnostic et un traitement précis.

Symptômes d’une maladie respiratoire

Les maladies respiratoires présentent des symptômes uniques par rapport à la plupart des autres maladies. Si c’est le cas, votre starter peut être atteint d’une maladie respiratoire :

Toux
Respiration sifflante ou râpeuse
Éternuer
Nez qui coule
Des yeux qui pleurent
Des yeux gonflés
Là encore, il est pratiquement impossible pour un gardien de jardin d’identifier la maladie en question. Vous devez amener votre poulet chez le vétérinaire pour un diagnostic et un traitement. Il s’agira généralement d’antibiotiques que votre vétérinaire pourra vous prescrire.

Options de traitement générales

Si, pour une raison quelconque, vous ne pouvez pas faire parvenir immédiatement votre collier à votre vétérinaire, il y a des choses simples que vous pouvez faire pour augmenter ses chances de guérison.

Isoler la poule du reste du troupeau pour éviter toute propagation de la maladie et réduire les brimades de la part des poulets en bonne santé.
Gardez-la dans un endroit chaud et sec.
Donnez-lui beaucoup de nourriture et d’eau. Donnez-lui des friandises si elle ne veut pas manger sa nourriture habituelle – manger n’importe quoi est mieux que rien.
Ajoutez de l’ail haché à la nourriture et du vinaigre de cidre de pomme à l’eau (1 cuillère à café par litre) pour renforcer son système immunitaire.
Donnez-lui une cuillère à café de yaourt pour lui permettre d’ajouter des probiotiques. N’en faites pas trop, car cela peut provoquer des diarrhées.
Parfois, un peu de TLC peut suffire à un poulet, mais il vaut toujours mieux être prudent que désolé. Après être allé chez le vétérinaire, il peut être utile de vérifier la configuration de votre poulailler – les courants d’air et la poussière sont une cause fréquente de maladie, et le fait de régler ces problèmes aidera à garder votre troupeau en bonne santé.

Symptômes spécifiques

Certaines maladies présentent des symptômes particuliers (en plus de ceux décrits ci-dessus) qui peuvent aider au diagnostic à domicile.

Celle de Marek : Tumeurs se développant sur le corps du poulet.
Coryza : Yeux extrêmement gonflés et odeur extrêmement rance.
Coccidiose : se traduit parfois par des selles sanglantes.
Influenza aviaire : [respiratoire] Taches sombres et rouges sur les pattes et le peigne, et mort subite. Cette maladie peut infecter des personnes, soyez donc extrêmement prudent si vous la suspectez. Signalez immédiatement tout cas à votre administration locale.
Culture touchée : Récolte gonflée (une poche à l’avant du corps), qui est extrêmement dure au toucher.
Récolte aigre : Récolte gonflée, qui est pâteuse au toucher et dégage une odeur de pourriture dans la bouche.
Variole aviaire : Taches blanches et croûtes sur les peignes et les caroncules.
Botulisme : Tremblements d’intensité croissante, se terminant par la mort.
Choléra : peigne gonflé et nez qui coule.
Pieds de bourdon : Blessure infectée sur le pied.
Lien avec l’œuf : Le renflement d’un œuf coincé près ou à la sortie de l’évent.
Coup de chaleur : Halètement intense, plumes tenues à l’écart du corps.
Gelure : Peigne ou pattes pâles et légèrement bleues.
Pâleur au fessier/à la bouche d’aération : Excréments déposés sur les fesses.
Mites ou poux : Peigne pâle (dû à la perte de sang), et petits insectes parmi les plumes.
Vers : Présence de vers dans les excréments.